Les Maisons familiales rurales du XXIe siècle sont l’aboutissement d’une expérience originale conduite dans un village du Lot-et-Garonne dans le Sud-Ouest de la France en 1935. Cette année-là, quelques agriculteurs syndicalistes inventent une formation adaptée pour compenser un système scolaire classique qui ne répond pas aux besoins de leurs enfants et de leur métier.
L’initiative est un succès et engendre rapidement de nombreuses demandes.

Une histoire née d’une initiative locale

Les Maisons familiales rurales du XXIe siècle sont l’aboutissement d’une expérience originale conduite dans un village du Lot-et-Garonne dans le Sud-Ouest de la France en 1935. Cette année-là, quelques agriculteurs syndicalistes inventent une formation adaptée pour compenser un système scolaire classique qui ne répond pas aux besoins de leurs enfants et de leur métier.
L’initiative est un succès et engendre rapidement de nombreuses demandes.
Deux ans après, en 1937, plusieurs familles intéressées et motivées se réunissent en assemblée générale et décident d’acheter un bâtiment pour y installer leur « école ». Ils se groupent en association, en prennent la responsabilité, embauche un formateur : la première Maison familiale est ainsi née.
A la Libération, l’institution bénéficie d’une reconnaissance et d’une subvention du ministère de l’Agriculture.
En 1945 également, les Maisons familiales affirment leur indépendance vis-à-vis de l’État et de l’Église : les familles, seules, en dernière analyse, constituent le socle du mouvement.
Dans les années 1950, elles formalisent une pédagogie novatrice autour de l’alternance scolaire, largement ignorée et décriée à cette époque. Elles se développent rapidement dans le monde paysan d’abord. Les lois de 1984 sur l’enseignement agricole reconnaissent, après bien des combats, leurs choix associatifs et pédagogiques.
Puis elles appliquent les mêmes principes au secteur de l’artisanat, du commerce, des services à la personne et dans de nombreux métiers en ouvrant des centres de formation d’apprentis en relation avec les conseils régionaux.

Une histoire née d’une initiative locale

Les Maisons familiales rurales du XXIe siècle

sont l’aboutissement d’une expérience originale conduite dans un village du Lot-et-Garonne dans le Sud-Ouest de la France en 1935. Cette année-là, quelques agriculteurs syndicalistes inventent une formation adaptée pour compenser un système scolaire classique qui ne répond pas aux besoins de leurs enfants et de leur métier.
L’initiative est un succès et engendre rapidement de nombreuses demandes.
Deux ans après, en 1937, plusieurs familles intéressées et motivées se réunissent en assemblée générale et décident d’acheter un bâtiment pour y installer leur « école ». Ils se groupent en association, en prennent la responsabilité, embauche un formateur : la première Maison familiale est ainsi née.
A la Libération, l’institution bénéficie d’une reconnaissance et d’une subvention du ministère de l’Agriculture.
En 1945 également, les Maisons familiales affirment leur indépendance vis-à-vis de l’État et de l’Église : les familles, seules, en dernière analyse, constituent le socle du mouvement.

Une histoire née d’une initiative locale

  • Les Maisons familiales rurales du XXIe.
  • L’initiative est un succès et engendre rapidement de nombreuses demandes.
  • Deux ans après, en 1937, plusieurs familles.
  • A la Libération, l’institution bénéficie d’une reconnaissance et d’une subvention du ministère de l’Agriculture.
  • En 1945 également, les Maisons familiales affirment leur indépendance vis-à-vis de l’État et de l’Église.

Les Maisons familiales rurales du XXIe siècle

Sont l’aboutissement d’une expérience originale conduite dans un village du Lot-et-Garonne dans le Sud-Ouest de la France en 1935. Cette année-là, quelques agriculteurs syndicalistes inventent une formation adaptée pour compenser un système scolaire classique qui ne répond pas aux besoins de leurs enfants et de leur métier. L’initiative est un succès et engendre rapidement de nombreuses demandes. Deux ans après, en 1937, plusieurs familles intéressées et motivées se réunissent en assemblée générale et décident d’acheter un bâtiment pour y installer leur « école ». Ils se groupent en association, en prennent la responsabilité, embauche un formateur : la première Maison familiale est ainsi née. A la Libération, l’institution bénéficie d’une reconnaissance et d’une subvention du ministère de l’Agriculture. En 1945 également, les Maisons familiales affirment leur indépendance vis-à-vis de l’État et de l’Église : les familles, seules, en dernière analyse, constituent le socle du mouvement.

Dans les années 1950

Elles formalisent une pédagogie novatrice autour de l’alternance scolaire, largement ignorée et décriée à cette époque. Elles se développent rapidement dans le monde paysan d’abord. Les lois de 1984 sur l’enseignement agricole reconnaissent, après bien des combats, leurs choix associatifs et pédagogiques. Puis elles appliquent les mêmes principes au secteur de l’artisanat, du commerce, des services à la personne et dans de nombreux métiers en ouvrant des centres de formation d’apprentis en relation avec les conseils régionaux.